La vie secrète de Louis G. (épisode 1)

Il l’avait à peine effleurée, et pourtant la vieille dame avait quand-même poussé un grognement agacé. Sans même s’en apercevoir, il était reparti en crawl, concentré qu’il était, ce nouveau dans le quartier, à enchaîner les longueurs athlétiques avec tout son attirail neuf acheté dans l’un de ces magasins de sport à la moquette pelouse qui sent le plastoc. Là, ça sentait plutôt les bonnes résolutions de la rentrée.

  • Reprendre la natation
  • Refaire mon CV
  • Proposer un verre à Anaïs

Se trouver dans cette piscine de Levallois-Perret un soir glacial de janvier 2016 était déjà un bon début.

Mais Louis Grignon, 38 ans, responsable ressources humaines dans une entreprise de sparadrap (leader sur son marché) n’avait pas pris le temps de bien observer le ballet qui se jouait dans le bassin avant d’y faire son premier plongeon. Il ne s’était pas aperçu qu’une seule et même personne menait la danse. Et pas le maître nageur, non. Pas non plus de Jean-Pierre, le plus expérimenté des plongeurs. En fait, il s’agissait de Madame Henriette.

Elle avait un maillot de bain jaune aux bretelles en forme de crocodiles, une bouche en fer à cheval et des cuisses de poulet. Mais surtout, elle grommelait dès que quelqu’un osait l’approcher. Pire, l’effleurer. Quiconque tentait une fois de s’immiscer en bout de ligne à ses côtés pour reprendre son souffle, ne renouvelait jamais l’expérience. Résultat : la vieille dame jouissait de son pré-carré côté petit bassin quand tous les autres nageurs se pressaient comme des sardines frétillantes de l’autre côté.

Il faut dire qu’elle en jetait, cette vieille-là. Même avec son bonnet blue lagoon à alvéoles, son élégant port de tête laissait deviner la jeune femme distinguée qu’elle avait été.

Elle ne nageait que la brasse. Lentement. Trèèès lentement. Au point que les autres nageurs devaient la contourner avec habileté pour ne pas la toucher. Certains filaient à ses côtés, d’autres piquaient un plongeon pour la dépasser par dessous. Car elle avait bien sûr choisi la ligne rapide pour évoluer. Et personne n’aurait osé l’en déloger. Pas même le maître nageur, pourtant si prompt aux remarques bruyantes et commentaires désobligeants. Au contraire, il orchestrait une véritable chorégraphie autour des bretelles crocodiles avec autorité. « Monsieur le maillot orange, tenez votre droite ! », « Mademoiselle au bonnet noir, il est temps de dépasser Madame Henriette, vous voyez bien que vous allez bientôt lui toucher les pieds ! ». Tout le monde obéissait, et la vieille dame avançait, imperturbable. Pas une goutte d’eau sur son visage frippé.

Enfin, ça, c’était avant l’intrusion de Louis Grignon…

Texte Mélanie Billaud, illustration Anne Desrivières. La vie secrète de Louis G. est un cadavre exquis écrit et illustré à trois mains par trois copines.
Lire tous les épisodes

louis_pense

2 réponses à “La vie secrète de Louis G. (épisode 1)”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :