Louis G. épisode 3 : « Mon Gérard, j’ai retrouvé mon Gérard ! »

– Dans mes bras, mon biquet.

A deux mètres du bord à peine, le maillot légèrement en désordre, Louis souleva ses lunettes pour mieux voir ce crocodile des mers du Chlore qui était déjà presque sur lui. Il lui semblait que la piscine, dans le splotch soudain apaisé de ses remous, murmurait le chant d’un naufrage à venir.
– Ah, viens par là !
Le corps tout entier d’Henriette, adipeux, ventousé à son torse, lui flattait déjà le bourrelet.
– C’est bien toi !

Elle racla des ongles corail et or sur la fourrure inégale de son dos, dans un sautillement frénétique dont l’ardeur témoignait d’années d’aquagym.
– Comme tu es beau, mon biquet…
Lui aurait voulu plonger vers le large et disparaître dans un coucher de soleil tropical.
– Mon biquet, tu m’as tellement manqué ! Où étais-tu passé ?
Elle lui frappait maintenant le ventre avec ses petits poings, comme pour le gronder. Les nageurs, eux, avaient profité de cet interlude amical pour reprendre la course aux longueurs, en évitant le couloir rapide, toujours avec la même vigilance.
– Et alors Madame Henriette, qu’est-ce qui se passe ? demanda le maître-nageur. Le bonnet lagoon de la terreur du bassin vibrait d’émotion :
– Mon Gérard, j’ai retrouvé mon Gérard !

louis_embarasse

– Heu, moi, c’est Louis. Je pense que vous vous tromp..
– Ah, mon filou… Toujours aussi farceur, hein ?
Henriette se tourna vers le maître-nageur pour lui adresser son plus chafouin clin d’oeil, pétrifiant en une demi-seconde le king corse du grand bassin. Jean-Marc Grisoni, jaloux des transports nouveaux qui venaient de secouer Henriette, en oubliait de bomber le torse sous le tee-shirt, où brillait, impériale, la chaîne de ses douze ans, la chaîne de sa première communion. Faut dire qu’Henriette frisait l’épilepsie. Et ça, aucun des cours d’aquagym n’avait pu en provoquer le quart. Et pourtant, il s’en donnait du mal, Jean-Marc, avec son cours senior, pour les faire vibrer, les fripées de Levallois… Quasi en transe, Henriette poursuivait :
– Mon Gégé, c’est l’amour de ma vie ! Mon Adonis. On s’est connus à 16 ans. La première fois, bim bam boum, c’était au bal du village. Puis il a été mobilisé et j’ai plus eu de nouvelles. Alors je me suis mariée… Pendant la guerre, quand mon mari, le pauvre, était prisonnier des Boches, il est revenu mon Gégé. Pouf, un beau jour, miracle, qui je vois arriver tout frais dans le jardin avec un beau bouquet ? Ah, mais Jean-Marc, vous n’imaginez pas !

Jean-Marc n’imaginait pas, non. Vraiment pas. Il se décomposait plutôt, à mesure qu’Henriette moulinait. Louis Grignon, abasourdi, frisait quant à lui la liquéfaction : on le confondait avec un poilu.

– Puis, tu es reparti mon Gégé. Ce n’est que des années après, que tu es revenu me trouver. A la mort de mon fils. Oh, là là, on n’a jamais arrêté de se courir après. La vie, quoi. Et alors, tu dis rien, toi ? Ah là là là…

– Mais vraiment, je vous le répète : je ne m’appelle pas Gégé ! Vous vous trompez, madame. Moi, c’est Louis. Louis Grignon. J’ai 38 ans, voyons !
– Oh, arrête ton char, Gégé, et viens plutôt me sécher le dos.

Henriette avait déjà remonté l’échelle et s’asseyait sur le bord de la piscine. Une jeune femme, maillot orange, beaux yeux verts, poussée sans doute par le trouble qui venait d’agiter le milieu du bassin, les rejoignait dans le couloir :
– « Alors Henriette, vous en faites du bruit ! Que se passe-t-il ? »
Reniflant des petits hoquets visqueux, tout à sa panique, Louis faillit s’étrangler lorsqu’il la vit.

C’était Anaïs.

Texte Emilie Didier, illustration Anne Desrivières. La vie secrète de Louis G. est un cadavre exquis écrit et illustré à trois mains par trois copines.
Lire tous les épisodes

2 réponses à “Louis G. épisode 3 : « Mon Gérard, j’ai retrouvé mon Gérard ! »”

  1. Chouette! Chouette! Elle est extra votre histoire. Le ton enlevé et l’intrigue parfaite me font trépigner d’impatience. Bravo !

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :